Divine Lumière De L'Au Delà

ésotérisme
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une sorcière pas comme les autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adaya Administrateur
Admin
avatar

Messages : 1746
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 52
Localisation : B-D-R

MessageSujet: Une sorcière pas comme les autres    Ven 18 Nov 2016 - 23:51

Bonsoir
Je vais vous parler d'une dame qui a fait parler d'elle vers la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle Naïa  sa vie est un vrai mystère  Mais qui  est telle vraiment  ???..
On la surnom Naïa la sorcière
Ce surnom donné à cette femme que l'on considérée comme sorcière, elle a vécu dans les ruines d un château  celui de Rieux qui se trouve à Rochefort-en-Terre dans le Morbihan

A la recherche d idée pour écrire à Rochefort en terre  Charles Géniaux  ecrivain va  faire une enquête et  la publié dans le Wide World Magazine en octobre 1899 il fera aussi un livre  La Vieille France qui s en va  Naïa est tres connue localement  Cette femme sans âge et sans domicile est  aussi connu par son don d'ubiquité li l avenir  elle manipule les braises  elle ne resent pas la douleur ne mange jamais  Il n’en faut pas plus pour qu’on lui prête une réputation de sorcière Selon un de ses informateurs elle serait née dans la commune voisine de Malansac d'un père rebouteux



Extraits de "LA VIEILLE FRANCE QUI S'EN VA" par Charles Géniaux

J'étais arrivé depuis quelques jours à Rochefort-en-Terre, une exquise petite ville moyenâgeuse du pays morbihannais. A l'hôtel Lecadre, dans la salle à manger décorée par quelques peintres connus, comme Joubert, Grolleron , Bloch, Stevens, on causait Bretagne et Bretons, croyances et superstitions, miracles et sortilèges.
« Nous possédons dans le canton une sorcière authentique, affirma notre aimable hôtesse.

- Vous plaisantez, madame?

- Je parle très sérieusement, et même... je crois un peu au pouvoir étrange de cette bonne femme. On l'appelle Naïa. Je l'ai toujours connue très vieille, et songez que j'ai moi-même cinquante ans! Dans mon enfance, elle m'a annoncé à peu près tout ce qui m'est arrivé.

- Oh! madame Lecadre, en êtes-vous certaine?

- Nous irons nous faire tirer la bonne aventure! » s'écrièrent les artistes présents.

Quelques touristes anglais et américains voulaient sans tarder partir, sac au dos et le bâton ferré au poing, à la recherche de la mystérieuse Naïa.

« C'est inutile, répondit notre hôtesse, la sorcière habite à un kilomètre d'ici.

- Quelle rue? quel numéro?

- Ce n'est pas une maison.- Oh! oh! Un château peut-être?

- Précisément, un château ! Dans les ruines du château de Rieux. »

Nous connaissions tous les restes de ce vieux donjon féodal, fièrement campé tout en haut de Rochefort-en-Terre.

À la suite de cette conversation, chacun se mit en quête de Naïa, interrogea les paysans sur son compte. Tous déclarèrent qu'elle n'habitait plus le pays, mais qu'elle reviendrait. Quinze jours après, personne ne pensait plus à la sorcière. Alors je commençai mon enquête personnelle, pressentant, par habitude professionnelle, un sujet digne d'intérêt.

En questionnant celui-ci, en sondant celui-là, voici ce que je pus inscrire sur mon carnet

« Les plus anciens parmi les vieillards se souviennent de Naïa. Leur petite enfance fut bercée par les récits magiques de ses exploits. Ils lui ont toujours connu une silhouette unique, c'est-à-dire une même apparence, un costume invariable, ni plus neuf ni plus vieux, et sa démarche, ses traits, sa vigueur, échapperaient aux atteintes de l'âge. De là ils concluent à l'immortalité de Naïa! »

Avec le langage pittoresque du pays galot, les braves paysans me disaient :

« C'est pas comme nous, cette manière de femme-là! Ça vous a des demeurances chez maître Guillaume, et les menhirs de la forêt de Lanvaux n'étaient pas debout qu'elle vous courait déjà sur ses manières de pattes croches, à ce qu'on dit; car, sauf votre respect, je n'y ai pas regardé.»

Il y avait une unanimité touchante pour me convaincre de ceci à savoir que Naïa ne mangeait ni ne buvait, et que, de mémoire d'homme, elle n'était entrée dans une ferme, une maison ou une boutique pour acheter ou demander ce dont le commun des mortels a coutume de dispenser quotidiennement dans les usages de la vie.

Enfin, et ceci frise le diabolisme, une famille notable de Rochefort me raconta que, le même jour, la sorcière fut rencontrée à des distances fort éloignées par deux frères. L'un, débarquant à Malensac, la rencontra auprès des vastes ardoisières abandonnées, et le second, qui se trouvait à la foire de Questembert, vers la même heure, me jura que Naïa l'avait appelé par son nom, en ajoutant :

« - Tiens! voilà ton frère qui revient de Rennes ; je le vois à Malensac. Ce soir, vous vous retrouverez à Rochefort. »

« Je lui assurais qu'elle radotait, car je ne prévoyais pas cette arrivée hâtive. »

Il faut admettre, en tout cas, l'habileté extraordinaire de cette vieille femme. Lorsqu'elle se déplace, elle doit multiplier ses précautions. On ne l'a jamais aperçue sur les routes ou les sentiers, pas plus qu'à travers champs; quant à compter sur la complicité des paysans pour favoriser ses évasions, cela est inadmissible avec le caractère superstitieux du Breton. Il ira bien dans la tanière de la sorcière, la consulter; mais quant à la recevoir chez lui ou dans sa voiture, jamais : il se croirait damné. Il a établi une démarcation subtile, et il ne transigera jamais avec ce qu'il croit être sa conscience.

Un fermier de Pluherlin me narra naïvement son entrevue avec la sorcière :

« Comme ça, monsieur, tu sais, j'avais un procès pour un mauvais bout de terre de rien du tout. Je pris- conseil de M. le recteur : « Ça ne me regarde pas » qu'il fit. Alors j'allai causer à la sorcière. Naïa, du plus loin qu'elle me vit, cria :

« - Salut, Jean du crime ! »

« Je faillis me fâcher, vu que c'est un méchant nom que les gens du bourg m'ont donné.

« - Salut, Jean de la religion reprit-elle en citant mon autre sobriquet.

« - Je me nomme Jean Élain! que je lui fis.

« - Assieds-toi là, mon gars, et conte-moi ta peine. »

« Pendant que je racontais mon affaire, ma langue, des fois, me rentrait dans la gorge de ce que je voyais. D'abord elle fit un feu de bois avec une fumée telle, que j'éternuais à chaque moment, et les yeux me piquaient horriblement. Ensuite elle jeta dans les flammes des herbes sèches, qu'elle retirait des poches de son tablier.

« À l'instant le feu se mit à parler, oui, monsieur! Il jetait de petits cris, à croire qu'il y avait là une nichée d'oiseaux amoureux. Tout d'un coup, Naïa cueillit les charbons rouges avec ses doigts, et elle les disposait dans ses mains comme un bouquet. Je ne pouvais plus parler.

« - Continue, Élain; je t'écoute, mon gars, » ordonnait-elle.

« Mais voilà que je m'entendis appeler par ma femme, la défunte, dont je reconnus la voix

« -Viens me quérir, Jean, qu'elle me faisait.

« - Espère un peu, que j'y répondais. Je suis en occupation avec madame. »

« Là-dessus, Naïa grince des dents et écrase entre ses paumes des charbons rouges.

« - Au secours! criai-je apeuré.

« - Tais-toi, méchant paysan et retiens bien mes paroles. »

« Alors elle commença à m'indiquer des maniganceries, qu'un homme de loi rusé s'y serait perdu, et..., grâce à elle, j'ai gagné mon Procès. »

J'ai cru devoir publier ces confidences du brave Élain; elles donnent une idée très juste des consultations de la sorcière. En résumé, le merveilleux, chez elle, se réduit à sa faculté de manier le feu à sa convenance, et aussi dans l'emploi des voix étranges qui troublent ses clients.

Je résolus d'en avoir le cœur net; mais pour cela il fallait approcher la sorcière, problème difficile, car elle déteste les « messieurs » sceptiques pour leur préférer ses naïfs paysans. Un matin, au petit jour, je suis réveillé en sursaut par un jeune garçon du bourg à qui j'avais promis un peu d'argent s'il me conduisait à la sorcière.

« Monsieur! monsieur! Vite! vite! Levez-vous, ou bien vous allez me faire perdre ce que vous m'avez promis. La vieille est là-haut, j'en suis sûr; car à la nuit je suis grimpé à Rieux, et j'ai vu la fumée passer à travers les pierres du sol. C'est elle! Chaque fois qu'elle revient au pays, elle allume un brasier dans les oubliettes du vieux château.

- Ainsi, d'après toi, dis-je à ce jeune garçon très intelligent, la sorcière connaît les issues des anciens souterrains, et elle habite sous la terre ? »

Quelques instants après nous escaladions quatre à quatre les escaliers qui mènent au sommet de la petite colline du vieux château. Le temps était exquis, et la bruine argentine dansait encore au ras des herbes. Bientôt nous ralentîmes notre marche pour passer sous l'ancienne poterne. Préoccupé de ce que j'allais voir, je ne m'aperçus de la disparition soudaine de mon jeune guide que lorsque je m'entendis saluer en ces termes.
Femme INCROYABLE on aimerai en avoir encore des personnes comme cela aller une dernier photo de Naïa
Adaya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélégia

avatar

Messages : 438
Date d'inscription : 01/02/2014
Age : 39
Localisation : Là où les pieds s'enracinent et là où les branches s'élèvent ;)

MessageSujet: Re: Une sorcière pas comme les autres    Dim 11 Déc 2016 - 8:33

Merci pour ce partage Adaya ;)
Les gens ont parfois peur des sorcières ou des chamans mais n'en doutez pas nombreux et nombreuses sont ces personnes qui ne veulent que finalement le bien et l'harmonie en ce monde ;)
Multiples sont les attributs de ces personnes et même si encore elles se cachent aux yeux du monde c'est parce-que beaucoup de gens les font passer pour fous ou pour rêveurs ou encore utopistes ou même demoniaques alors que ce n'est pas ça...
Gros bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://plumedemesange.blogspot.fr/
 
Une sorcière pas comme les autres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fatima un ovni pas comme les autres
» Présentation de moi , Anaïs, une ado pas comme les autres =(
» une lettre pas comme les autres
» Les Juifs sont des Gaulois comme les autres.
» L'IVG,un acte médical comme les autres?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divine Lumière De L'Au Delà  :: MYSTERE DE L ESOTERISME-
Sauter vers: